Linux

Écrire des applications de bureau multiplateformes sur Linux à l’aide de Lazarus

Lazarus est un environnement de développement rapide de type Delphi pour Free Pascal. Il est open-source et fonctionne sous Windows, Linux, OS X et même sur le Raspberry-Pi. Les applications écrites avec Lazarus peuvent être recompilées sur chaque plate-forme sans modification (en supposant que vous n’ayez utilisé aucune API spécifique au système d’exploitation). Cela signifie qu’il est très facile d’écrire des applications de bureau multiplateformes sur Linux.

Pour installer Lazarus, vous pouvez soit installer la version dans votre référentiel de distributions, soit télécharger les fichiers .DEB ou .RPM à partir de la page de téléchargement du projet. Sur Ubuntu (et ses variantes), vous pouvez installer Lazarus à partir du référentiel Ubuntu en utilisant :

ou cliquez ici pour installer à partir du centre logiciel Ubuntu :

Installer Lazarus à partir du centre logiciel Ubuntu

Noter: Les packages des pages de téléchargement seront probablement plus récents que ceux des référentiels.

Si vous êtes familier avec l’environnement de programmation Delphi ou avec la programmation en Pascal, alors l’utilisation de Lazarus devrait être relativement simple. Ce tutoriel supposera que vous avez au moins une connaissance passagère de Pascal et du développement d’applications graphiques. Vous pouvez obtenir une introduction très basique à Free Pascal dans notre guide Écrire des programmes Pascal sur un Raspberry Pi à l’aide de FPC.

Une fois installé, vous pouvez démarrer le programme via le bureau ou en exécutant « lazarus » à partir de la ligne de commande.

Psssssst :  Qu'est-ce qu'un objet partagé sous Linux ?

L’IDE a quatre fenêtres principales. En haut se trouve le panneau principal de Lazarus avec accès à la barre de menus et à une barre d’outils. À gauche se trouve l’inspecteur d’objets et à droite l’éditeur de code source. Le concepteur de formulaire a tendance à flotter et peut parfois être difficile à localiser. Le moyen le plus rapide de le trouver (si vous n’arrivez pas tout à fait à placer votre souris dessus) est de cliquer sur le menu Windows puis sur le nom du formulaire (qui est form1 par défaut).

Avant de commencer tout développement, vous devez enregistrer le projet et le fichier source par défaut. Cliquez sur « Fichier -> Enregistrer » et enregistrez les fichiers dans un répertoire approprié. Vous pouvez utiliser les noms par défaut pour ce projet ou vous pouvez entrer le vôtre. Cela n’a pas vraiment d’importance ici car ce sera un simple projet de test. Pour un projet réel, vous devrez nommer le projet et les fichiers source de manière appropriée.

Pour commencer à écrire une application de bureau très simple, vous devez ajouter des éléments d’interface utilisateur au formulaire. L’exemple d’application que nous allons construire ici a une étiquette de texte qui vous invite à entrer votre nom et une zone d’édition pour la saisie de l’utilisateur. Chaque fois que l’utilisateur entre une lettre, une deuxième étiquette de texte sera mise à jour avec un message d’accueil pour l’utilisateur. C’est très simple et presque complètement inutile ; cependant, il démontre les principes de base de l’écriture d’une application de bureau.

Psssssst :  Comment changer le curseur dans Ubuntu ?

Cliquez d’abord sur l’objet « TLabel » dans le volet Standard de la fenêtre principale de Lazarus. Son icône est constituée des lettres « Abc » avec le « A » souligné. Cliquez maintenant quelque part vers le coin supérieur gauche du formulaire dans le concepteur (form1). Un composant d’étiquette sera ajouté avec le texte « Label1 ». Dans l’inspecteur d’objets, recherchez la propriété Caption pour Label1 et remplacez-la par « Quel est votre nom ? »

lazare-label1

Cliquez sur le composant « TEdit » dans le volet Standard et cliquez sur le formulaire, juste en dessous de l’étiquette ajoutée ci-dessus. Redimensionnez-le pour couvrir environ les deux tiers du formulaire. Recherchez la propriété Text de Edit1 et supprimez la chaîne « Edit1 », en laissant la propriété vide.

lazare-edit1

Le dernier élément de la conception de l’interface utilisateur consiste à ajouter une autre étiquette sous la zone d’édition et à modifier sa légende en « Je dirai bonjour quand je connais votre nom ! »

lazare-label2

Cliquez sur « Edit1 » et sélectionnez le volet « Events » dans l’inspecteur d’objets. Double-cliquez sur le champ vide à côté de « OnChange ». Cela créera une fonction dans le code source appelée « TForm1.Edit1Change ». Le curseur sera placé à l’intérieur de la fonction, prêt à entrer du code.

lazarus-edit1change

Entre le « début » et la « fin », entrez la ligne de code suivante :

Le code dit que chaque fois que la zone d’édition (Edit1) est modifiée, l’étiquette sera remplacée par la chaîne « Bonjour », concaténée avec le texte dans la zone d’édition. En d’autres termes, si je tape « Gary » dans la zone d’édition, alors Label2 sera défini sur « Bonjour, Gary ».

Cliquez sur l’icône de la disquette (ou utilisez Fichier->Enregistrer) pour enregistrer le fichier puis lancez l’application en cliquant sur le triangle vert (ou en appuyant sur F9).

lazare en cours d'exécution

Vous pouvez maintenant expérimenter avec tous les autres composants fournis, notamment les boutons, les zones de liste, les barres de progression, les boîtes de dialogue courantes et bien plus encore.

Le projet Free Pascal possède une documentation complète pour les développeurs, ainsi qu’une communauté d’utilisateurs dynamique. De même, l’IDE Lazarus dispose également d’une documentation complète et il existe un ensemble de forums qui couvrent à la fois le langage Free Pascal et Lazarus.

Si vous avez des questions sur l’exemple donné ci-dessus, n’hésitez pas à utiliser la section commentaires ci-dessous pour poser des questions.

Cet article est-il utile ? Oui Non

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour pouvoir visualiser le contenu de la page. Pour un site indépendant avec du contenu gratuit, c’est une question de vie ou de mort d’avoir de la publicité. Merci de votre compréhension! Merci