Conception 3D

Solutions populaires de rendu autonome

Leurs forces et leurs faiblesses

Presque tous les logiciels de création de contenu 3D sont dotés d’un moteur de rendu intégré. Les moteurs de rendu intégrés ne sont rien de moins que pratiques, mais sont-ils toujours le meilleur choix pour votre projet ?

Cette décision, bien sûr, dépend de l’artiste et de ses besoins spécifiques dans le cadre d’une production. La plupart des solutions de rendu standard sont tout à fait capables de produire des résultats absolument exceptionnels. Cependant, il arrive aussi que des résultats similaires ou meilleurs soient obtenus dans un moteur différent avec moins de frais généraux et de temps investi.

Nous ne vous suggérons pas de parcourir cet article et d’essayer d’apprendre chaque logiciel répertorié, mais il est prudent de connaître au moins les options disponibles et de savoir où se situent leurs forces et leurs faiblesses. Ainsi, si vous vous trouvez dans une situation où vous avez du mal à réaliser quelque chose dans votre rendu, vous saurez où chercher les solutions possibles.

Allons sur la liste :

Ce que nous aimons

  • Rend les objets réfléchissants de façon plus réaliste.
  • Les procurations permettent de créer des scènes de très grande taille.
  • Rendu très précis.
  • Beaucoup de personnalisation.

Ce que nous n’aimons pas

  • Le rendu distribué ne fonctionne pas avec l’animation.
  • Ne prend pas en charge le rendu des fenêtres de visualisation.
  • La création de matériel n’est pas conviviale.
  • Coûteux.

Vray est à peu près le grand-père des logiciels de rendu autonomes de nos jours. Il est utilisé dans tous les domaines, du design industriel à l’animation et aux effets, en passant par l’archivision. Le succès de Vray réside dans sa polyvalence : il est suffisamment puissant pour qu’un studio puisse l’utiliser sur une production relativement importante, mais aussi suffisamment facile à utiliser pour qu’un seul utilisateur puisse l’utiliser de manière efficace. Vray est un raytracer biaisé comme Mental Ray, mais beaucoup plus amusant à utiliser.

Ce que nous aimons

  • Fonctionne bien sur Mac et PC.
  • Caractéristiques de l’échantillonnage adaptatif.
  • Un rendu et des matériaux magnifiques.
  • Livré emballé avec Maya.

Ce que nous n’aimons pas

  • Le rendu basé sur le CPU fonctionne beaucoup plus lentement.
  • Une courbe d’apprentissage très prononcée.
  • Il n’interprète pas très bien les fluides.

Que dire d’Arnold ? C’est peut-être le logiciel de rendu le plus puissant du marché – sauf qu’il n’est pas vraiment sur le marché. Arnold existe depuis le milieu des années 2000 et a été utilisé dans de nombreuses productions de haut niveau, mais en raison de la stratégie de marketing descendante de Solid Angle, il n’a toujours pas été mis à la disposition du grand public. Il est incroyablement polyvalent et remarquablement bien adapté au travail d’animation et d’effets visuels, mais à moins que vous ne soyez dans un studio qui l’utilise en interne, bonne chance pour mettre la main sur une copie. Vous devriez tout de même regarder leur dernière bobine – c’est très, très impressionnant.

Ce que nous aimons

  • Facile à utiliser.
  • Choisissez entre CPU ou GPU.
  • Bibliothèque de documents utiles et consultables.
  • Qualité supérieure.

Ce que nous n’aimons pas

  • Rendu très lent.
  • Pas de rendu GPU sur Mac.
  • Approche physique de la caméra dans le monde réel.
  • Il est difficile d’annuler les changements.

Maxwell est probablement la plus populaire des solutions de rendu impartiales. Elle est bien adaptée aux travaux de visualisation architecturale et de conception industrielle et promet un flux de travail rapide et intuitif avec des résultats prévisibles. Maxwell est assez lent par rapport aux systèmes de rendu biaisé comme Vray, mais il est précis et relativement facile à utiliser.

Ce que nous aimons

  • Rendu GPU rapide.
  • Interface WYSIWYG simple.
  • Grande interface matérielle basée sur le web.
  • Produit de haute qualité, rapidement.

Ce que nous n’aimons pas

  • Types de cartes limités.
  • La direction de la lumière n’est pas intuitive.
  • Se déplacer sur la scène peut être maladroit.

Octane se présente comme le premier moteur de rendu impartial, basé sur le GPU et physiquement précis. Cela signifie essentiellement qu’ils promettent des rendus photoréalistes à des vitesses incroyablement rapides (15 à 50 fois plus rapides qu’une solution non biaisée basée sur le CPU comme Maxwell). Octane est sans doute le moteur le plus important issu de la récente vague de solutions de rendu accélérées par le GPU.

Ce que nous aimons

  • Rendu GPU rapide.
  • S’intègre bien aux applications de modélisation.
  • Belle animation.
  • Bons effets de caméra.

Ce que nous n’aimons pas

  • Très intensif en GPU.
  • Petite sélection de matériaux.
  • Coûteux pour les utilisateurs à domicile.

Redshift est comme le jumeau diabolique d’Octane, dans le sens où il est considéré comme la première solution de rendu entièrement accélérée et biaisée par le GPU. Cela signifie qu’il offre une vitesse fulgurante (comme Octane), mais ne soumet pas les utilisateurs aux contraintes d’une solution impartiale. Le principal avantage de Redshift par rapport aux solutions temps réel traditionnelles est qu’il utilise une architecture « out-of-core » pour la géométrie et les textures, ce qui signifie que les artistes profitent des avantages de l’accélération GPU sans avoir à se soucier de l’ajustement de leur scène dans la VRAM de leur système. C’est assez remarquable, vraiment.

Ce que nous aimons

  • Simulation réaliste de la caméra.
  • Haut niveau de réalisme.
  • La physique réaliste de la lumière.

Ce que nous n’aimons pas

  • Une courbe d’apprentissage très prononcée.
  • Très gourmande en ressources.
  • Coûteux.

Indigo est une autre solution impartiale destinée à la visualisation architecturale. Semblable à Maxwell à bien des égards, mais un peu moins cher. Les deux sont basés sur une architecture similaire, et d’après ce que j’ai entendu, la qualité est assez similaire, cependant, l’ajout de l’accélération GPU dans Indigo signifie qu’il sera probablement le plus rapide des deux. En fin de compte, on peut obtenir de bons résultats dans l’un ou l’autre – ils sont suffisamment similaires pour que ce soit vraiment une question de préférence personnelle.

Ce que nous aimons

  • Interface facile à glisser et à déposer.
  • Supporte de nombreux types de fichiers.
  • Facile à apprendre.
  • Temps de rendu rapide.

Ce que nous n’aimons pas

  • Le rendu intérieur fait défaut.
  • Lutte contre le rendu de la peinture métallique.
  • Caractéristiques d’animation limitées.

Keyshot est un moteur de rendu autonome basé sur le CPU, conçu pour réduire la complexité du flux de travail de rendu. Bien que certaines plateformes de rendu se distinguent (comme Arnold et Vray par exemple) par leur portée pratiquement illimitée, Keyshot comprend que la simplicité peut être meilleure dans de nombreux cas. Avec sa bibliothèque de matériaux intégrée (scientifiquement précise), c’est un choix fantastique pour le design industriel, la création de produits et le prototypage de concepts. Vitaly Bulgarov l’a qualifié de logiciel de rendu le plus convivial du marché, ce qui en dit long, étant donné qu’il est l’un des meilleurs artistes de l’industrie.

Ce que nous aimons

  • Une animation efficace.
  • Bon système d’ombrage.
  • De grands résultats avec peu d’efforts.

Ce que nous n’aimons pas

  • Impossible d’enregistrer la position de la caméra.
  • Nécessite une bonne carte graphique.
  • Outil d’animation compliqué.

Marmoset est un moteur en temps réel d’une simplicité enfantine, conçu dans le but exprès de prévisualiser/rendre vos atouts de jeu low-poly sans passer par le processus fastidieux de leur importation dans un moteur de jeu pleinement fonctionnel comme UDK ou Cryengine. Marmoset est devenu incroyablement populaire parmi les développeurs de jeux pour sa facilité d’utilisation, son prix abordable et ses résultats exceptionnels. Comme Keyshot, l’attrait de Marmoset se limite à un créneau assez étroit, mais ce qu’il fait, il le fait très bien.

Ce que nous aimons

  • Intégré de façon native avec de nombreuses applications.
  • Crée des rendus photo réalistes
  • Supporte les particules X

Ce que nous n’aimons pas

  • Traçage de chemin gênant.
  • Plus lent que les autres rendus.

D’accord, Cycles n’est pas un moteur de rendu autonome, mais comme Blender est pratiquement le grand-père des projets open-source, Cycles mérite d’être mentionné. Cycles est un moteur de rendu basé sur le raytracing (pensez à Mental Ray/Vray) avec un shading basé sur les noeuds et une accélération GPU intégrée. Pour l’instant, Cycles est encore en cours de développement, mais il a été conçu pour tirer parti des techniques de rendu hybrides CPU/GPU et s’avère très prometteur. Et bien sûr, il est gratuit !

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour pouvoir visualiser le contenu de la page. Merci