Conception 3D

Les films qui ont révolutionné l’infographie

Partie 1 – Tron to Titanic

De nos jours, les spectaculaires séquences d’effets générés par ordinateur sont monnaie courante dans tous les domaines, des films à gros budget à la télévision, en passant par les jeux et même la publicité commerciale. Mais cela n’a pas toujours été le cas – avant que l’infographie 3D ne devienne la norme, le monde était un peu plus terne. Les extraterrestres étaient faits de plastique au lieu de pixels. Superman avait besoin de fils pour pouvoir voler. Les animations étaient créées avec des crayons et des pinceaux.

Nous aimions l’ancienne méthode – il y a des exemples étonnants d’effets visuels « pratiques » dans l’histoire du cinéma. Star Wars, 2001 : A Space Odyssey, Blade Runner. Même Independence Day a utilisé des modèles physiques pour de nombreux plans. Nous aimons encore plus la nouvelle façon de faire. Les superproductions sont plus belles que jamais grâce à une armée talentueuse de modélisateurs 3D, d’animateurs, de techniciens de rendu et d’entrepôts remplis d’ordinateurs qui font tous les calculs.

Voici notre liste de dix films qui ont révolutionné notre façon de penser les effets visuels au cinéma. De Tron à Titanic, chacun de ces films a pris ce que nous pensions être possible et nous a donné quelque chose de plus.

Tron (1982)

Tron n’était pas un film à succès, ni même un film particulièrement génial. Il existe de bien meilleurs exemples de science-fiction à sortir du début des années 80. Rien qu’en 1982, Tron était en compétition avec les classiques du genre Blade Runner et E.T.

Mais il est remarquable, et il a la grande distinction d’être le premier film à présenter des effets visuels générés par ordinateur à un degré notable. La pièce maîtresse de Tron est une représentation incroyablement unique de la « grille », un paysage logiciel généré par ordinateur représentant le fonctionnement interne d’un système d’exploitation.

Le film n’a pas particulièrement bien vieilli, surtout si on le compare à la ligne d’horizon de Los Angeles créée pour Blade Runner (qui semble encore magistrale aujourd’hui). Mais si l’on considère le fait qu’il y a presque une décennie entière entre ce film et le prochain sur la liste, les visuels datés sont facilement pardonnés.

Tout amateur d’infographie 3D devrait voir Tron au moins une fois, ne serait-ce que pour avoir un aperçu des humbles débuts de l’industrie. Il est intéressant de noter que Tron a été disqualifié du concours pour l’Oscar des effets visuels de 1982 parce que les effets assistés par ordinateur étaient considérés comme de la triche. Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, on ne peut pas dire qu’il n’était pas innovant.

  • Des premières : Première utilisation notable de l’infographie dans un long métrage.
  • J’ai ouvert la voie : Le dernier Starfighter (1984), Transformers : Le film (1986), et bien sûr Avatar (2010).

Terminator 2 : le jour du jugement (1991)

Terminator 2 est l’un des films phares qui ont contribué à ouvrir les vannes, permettant finalement à l’industrie de l’infographie 3D de devenir ce qu’elle est aujourd’hui.

Judgment Day mettait en scène le premier personnage principal généré par ordinateur jamais apparu dans un film, le formidable T-1000. Mais l’équipe de James Cameron ne s’est pas arrêtée là. Non seulement le Terminator numérique est apparu, mais il s’est transformé, il a régénéré des parties du corps, et il s’est même transformé en un métal liquide ressemblant à du mercure qui s’est infiltré par de petites fissures et a assuré aux protagonistes du film qu’ils n’étaient en sécurité nulle part.

Terminator était légendaire. C’est facilement le premier ou le deuxième meilleur film de l’un des plus grands innovateurs d’Hollywood, et ce qui est encore mieux, c’est que contrairement à Tron, ce film a toujours l’air sacrément bon. En termes d’effets visuels modernes, il y a tout ce qui s’est passé avant Terminator 2, et tout ce qui s’est passé après.

  • Des premières : Première utilisation intensive de l’infographie sur un personnage principal.
  • J’ai ouvert la voie : A peu près tout ce qui a suivi.

Le parc jurassique (1993)

Bien que les effets visuels de Jurassic Park aient été en grande partie animatroniques, pendant environ 14 minutes, le public a pu assister à la toute première apparition de créatures photoréalistes entièrement générées par ordinateur dans un long métrage – et quelles 14 minutes !

Même dix-huit ans plus tard, j’ai encore des frissons en pensant à ces deux Velociraptors qui traquaient les enfants dans une cuisine abandonnée – c’était à la fois terrifiant et hypnotisant de voir les deux dinosaures faire des choses qu’un des animatroniques de Stan Winston n’aurait jamais pu accomplir.

A la fin, le T-Rex de Winston a fait le déjeuner avec les deux Raptors, mais le maître des effets pratiques a été tellement impressionné par l’infographie employée sur Jurassic Park qu’il a ensuite co-fondé le studio d’effets Digital Domain avec James Cameron. Comme Terminator 2, Jurassic Park a marqué un tournant dans l’infographie car il a commencé à ouvrir les yeux des réalisateurs sur les possibilités de l’image de synthèse, amenant de nombreux cinéastes à redécouvrir des projets qu’ils croyaient auparavant impossibles à filmer.

  • Des premières : Premières créatures photoréalistes entièrement animées dans un long métrage.
  • J’ai ouvert la voie : Jumanji (1995), Dragonheart (1996), Babe (1995) qui mérite une mention honorable à part entière.

Histoire de jouets (1995)

Ce film pourrait être le plus percutant de toute la liste. Pensez à l’industrie de l’animation avant et après Toy Story – y a-t-il une chance que les choses soient comme elles sont aujourd’hui si ce film n’avait pas existé ?

L’animation 3D par ordinateur aurait certainement fini par s’imposer, mais John Lasseter & Co. est entré en scène avec l’un des films les plus appréciés de la dernière décennie, en séduisant le public et en montrant au monde ce qui était possible à l’aide de l’animation par ordinateur. L’incroyable succès de Toy Story a déclenché une frénésie d’animation 3D qui n’a jamais vraiment cessé. Le format reste aussi populaire aujourd’hui qu’il y a dix ans, et ne semble pas perdre de sa vigueur.

Il aurait suffi à Toy Story de se reposer sur ses lauriers techniques, mais ce n’est pas la façon de faire des Pixar. Entamant une série de succès critiques et commerciaux, Toy Story a cimenté Pixar comme l’un des premiers conteurs de l’industrie et a été la première étape dans l’établissement des records de performance les plus impeccables jamais réalisés par un studio moderne.

  • Des premières : Premier film à être entièrement animé avec de l’infographie 3D.
  • J’ai ouvert la voie : Antz (1998), A Bug’s Life (1998) (2001), l’intégralité du canon Pixar/Dreamworks.

Titanic (1997)

J’ai failli laisser Titanic hors de la liste de peur de donner trop de temps à James Cameron sous les projecteurs. J’ai pensé que The Perfect Storm aurait été un choix intéressant car les simulations de fluides photoréels qu’il présentait étaient assez avant-gardistes pour l’époque.

Mais ensuite, je me suis souvenu de la dernière demi-heure du Titanic. Le pont s’alourdit, le navire se redresse, jetant des centaines de passagers générés par ordinateur dans l’Atlantique glacé. Des centaines d’autres, la plupart d’entre eux rendus numériquement, s’accrochent aux rambardes alors que nous avons une vue aérienne de la longueur du malheureux navire qui coule vers la mer.

Cette scène n’était pas seulement avant-gardiste, elle était emblématique. Plus de gens ont vu Titanic que n’importe quel autre film dans l’histoire, et même si son record de recettes au box-office a été battu, la première vente de billets de Titanic n’a même pas été approchée. The Perfect Storm a peut-être présenté une simulation océanique plus avancée, mais il y avait aussi de l’eau de synthèse dans Titanic – trois ans plus tôt, remarquez bien.

  • Des premières : Premier film à comporter un nombre important de « figurants » en images de synthèse – de nombreux plans larges contenaient des dizaines, voire des centaines d’acteurs numériques, ce qui a permis d’innover en matière de simulation de foule.
  • J’ai ouvert la voie : La tempête parfaite (2000)

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour pouvoir visualiser le contenu de la page. Merci